top of page

Le "tu" accusateur !

QUIZZ Facebook : réponse D, explication ci-dessous ;-)


Comment faire quand on a l'impression que notre interlocuteur ne nous écoute pas?

Quand la situation de non-écoute et le sentiment d'insatisfaction qui va de paire, se répète, on peut avoir la fâcheuse tendance à utiliser un "tu" accusateur, celui qui remet en cause l'autre.. car à nos yeux, il/elle est coupable de ne pas nous écouter..

Le fameux "tu qui tue", formule mnémotechnique issue de la communication non violente, est un véritable poison pour la qualité de nos relations.


"Tu n'as pas fait ci." "Tu aurais dû faire ça." >> "Tu ne m'écoutes pas!"


C'est l'outil par excellence du reproche. Un reproche qui met en accusation notre interlocuteur et génère chez lui/elle ce que l'on appelle en psychologie des comportements refuges. Il en existe trois : la fuite ou la passivité (silence radio, rupture de communication), l'agression (qui est une réaction en miroir, qui amplifie la tension et donc la non-écoute) ou la manipulation ("tu vas voir ce que tu vas voir", je ne vais servir que mes propres intérêts).

Des comportements préjudiciables à une communication sereine et harmonieuse.

Quelle est alors la solution?

SI l'on souhaite sortir de ces jeux psychologiques dans lesquels on s'enferme parfois, la solution est d'assumer son besoin d'être écouté·e (par cette personne, à ce moment là et pour cette raison précise). Il vous appartient d'exprimer calmement votre besoin en parlant à la première personne du singulier. Le "Je" vous implique et vous responsabilise dans la relation et n'incrimine pas votre interlocuteur.

Une condition est cependant indispensable : s'assurer de la disponibilité de son interlocuteur! Car même s'il peut vous apparaître disponible, peut-être ne l'est-il pas mentalement ou émotionnellement.






65 vues

Posts similaires

Voir tout

Comments


®

bottom of page